Rechercher
  • Autisme

Simon: Ma vie, my life

Mis à jour : 24 oct 2019


Bonjour à tous ceux qui me lisent. Je m’appelle Simon et je suis présentement le programme de Projet Intégration Autismopolis. Si j’écris ce blog, c’est pour vous faire part de mon vécu. Vous pourrez me lire de façon bimensuelle sur ce blog.

Scolarité (primaire, secondaire et Cégep)


Aujourd'hui, à presque vingt-quatre ans, j’ai un gros bagage avec autant de bon que de mauvais vécu. Sachez avant toute chose, je suis malentendant ce qui fait que ma famille n’a su que l’année dernière que j’avais un trouble du spectre de l’autisme. Mon parcours scolaire a été rempli d’embuches et de revers que j’ai surmonté du mieux que j’ai pu avec les moyens que j’avais. Lorsque je tombais sur des profs qui voulaient m’aider, ils me laissaient à moi-même lorsqu’ils voyaient que je ne voulais pas m’aider.

En général, j’aimais faire les choses par moi-même (ça n’a pas changé d’ailleurs). Lorsque je devais travailler en équipe, c’était à contre-cœur. En effet, toutes mes expériences de travaux d’équipe se sont soldées en deux scénarios : soit je faisais tout ou c’est les autres qui faisaient tout.

Les deux exemples les plus récents se sont passés au Cégep : la première fois, je me suis mis en équipe avec un groupe qui voulait travailler séparément et tout rassembler le jour J. Lors d’un autre travail d’équipe, mes coéquipiers se sont donnés rendez-vous sans moi.

Je ne suis pas là pour me plaindre de l’école, bien au contraire. C’est là que j’ai rencontré mes amis qui m’ont beaucoup apporté sur plusieurs plans. Comme quoi la vie nous réserve souvent des surprises.

Emplois

J’ai commencé à travailler vers l’âge de seize ans. Mon premier emploi fut plongeur dans une boucherie. J’y ai travaillé durant tout l’été et une partie de l’automne. Mon deuxième emploi fut dans un IGA. C’est là où que j’ai travaillé le plus longtemps et où j’ai le plus maturé. J’y ai passé près de cinq ans. Cinq bonnes années passées à emballer, entrer les paniers et faire l’homme à tout faire (les emballeurs font les poubelles, le recyclage et pleins d’autres tâches).


Ce travail était très répétitif, mais je me sentais bien. Malgré cela, au bout de quatre ans je me suis tanné. Pourquoi ne pas quitter le IGA pour un autre emploi alors ? Parce que je manque souvent de volonté et il est bien plus confortable de rester dans un environnement familier. Puis, il y a eu le diagnostic d’autisme en Mai passé. On m’a référé au programme d’Autismopolis que j’ai commencé en Janvier. Je devais donc rester au IGA jusqu’en Janvier pour me faire le plus d’argent possible.

Malheureusement, les quatre derniers mois n’ont pas été facile : j’ai été malade à trois reprises dont deux à une semaine d’intervalle et durant le temps des fêtes en plus. J’étais déprimé, fatigué physiquement et mentalement. J’avais l’impression d’être prisonnier dans un cercle vicieux. Finalement, j’ai enfin quitté le IGA pour participer au programme de préparation à l'emploi de Projet Intégration Autismopolis.

Famille


Dans ma famille proche, je suis le plus vieux. Comme la plupart des frères et sœurs, je me disputais souvent avec ma sœur : c’était à la fois ma meilleure amie et ma pire ennemie. L’adolescence a été la pire période, mais ça s’est amélioré depuis. Quant à mes parents, j’ai toujours eu une bonne relation avec eux, bien qu’avec mon père cela soit parfois difficile.

Dans la famille de ma mère, tous mes cousins et cousines sont plus vieux que moi, ce qui a fait en sorte que je ne faisais pas grand-chose avec eux. Encore une fois, ce n’est qu’à l’âge adulte que j’ai commencé à me rapprocher de certains d’entre eux. Pour ce qui est de mes tantes, j’ai toujours été proche de l’une d’elles surtout parce qu’elle fixait des règles qu’il fallait respecter.

Du côté de mon père, je n’ai que des tantes et des oncles : un de mes oncles habite à Toronto, l’autre à Québec et mes tantes voyagent souvent. De temps en temps, je vais souper avec elles dans des restaurants exotiques (ex : indien). Sinon, contrairement à mes craintes, ma famille a bien réagi à la nouvelle sur mon autisme.

Amitié

Au primaire, j’étais souvent seul. Mes deux premières années se sont passées dans une école pour malentendants. C’est là que j’ai rencontré la première personne que j’ai considéré comme une amie. C’est avec elle que j’ai créé la base de l’une de mes histoires.


Malheureusement, nos chemins se sont séparés lorsque j’ai changé d’école. Ce changement a été un peu une bénédiction pour moi, car c’est là que j’ai rencontré l’ami qui m’a le plus apporté au niveau personnel. Sans lui, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Il m’a aidé à devenir plus mature, à avoir une meilleure estime de moi, etc. Depuis, j’ai eu d’autres amis, dont un qui m’a aidé à développer une autre de mes histoires. Hélas, nos chemins se sont aussi séparés.

Sur mon compte Facebook, j’avais écrit ce qu’était pour moi l’amitié : << L'amitié est l'une des plus merveilleuses choses qui puissent exister. L'amitié te donne des amis qui te respectent et qui t’acceptent tel que t'es. Qui t’écoutent lorsque que t'as des problèmes et qui sont là lorsqu'il le faut. L'amitié pousse les gens à parcourir les océans pour te saluer ou te venir en aide. Même s'il n'est qu’une forme altérée de l'amour, il reste que c’est l'un des plus puissants sentiments qui existe. À tous mes amis, merci. >>

#Scolarité #Emplois #Famille #Amitié #Socialisation

Le spectre de l'autisme, un emploi stable et une vie d'adulte autonome

  • Autisme - emploi - Socialisation
  • Autisme - emploi - Socialisation
  • Autisme - emploi - Socialisation

Autismopolis.com est un site web dont l'accès est entièrement gratuit. Autismopolis.com vous permet de consulter des nouvelles sur le trouble du spectre de l'autisme, du contenu original fait par les adultes et adolescents membres de l'organisme.  Le site vous offre accès à une multitude d'outils utiles pour vous aider dans la recherche d'emploi, d'aide aux parents, d'activités sociales en Montérégie et de ressources complémentaires.

Pour nous rejoindre au sujet du programme

Claudine Gamache

Pour nous rejoindre au sujet de l'aide à l'emploi

Marjolaine Fortin

Pour nous rejoindre au sujet de l'intervention

Mylène Comeau

Pour nous rejoindre au sujet des projets multimédias

Etienne Dallaire

Pour nous rejoindre au sujet des activités de socialisation

Paul Nellis